Vécu : le Dépôt des listes

Publié le par Ze FML

Etre candidat à une élection, c’est une grande aventure, et ce que savent peu les électeurs, c’est le parcours administratif que cela représente.


Pour déposer une liste aux municipales, il faut fournir des pièces établissant l’éligibilité de chaque candidat, ainsi que le récapitulatif de la liste, dans l’ordre d’élection.


A priori, cela semble simple, d’autant que pour l’immense majorité des candidats, hors cas particuliers, il suffit de fournir une attestation d’inscription sur les listes électorales de la commune où l’on se présente.


Certes… c’est après que cela se complique pour les petites mains qui vérifient l’éligibilité de leurs poulains. Car d’une préfecture ou sous-préfecture à l’autre, les mentions demandées varient. Il faut donc appliquer strictement ce qui est prévu à l’article L265 du code électoral, tout en imaginant jusqu’où va aller l’imagination des fonctionnaires qui veulent que tout soit parfaitement parfait.


Le plus simple, pour éviter les questions, c’est d’utiliser le formulaire fourni par votre préfecture. Encore faut-il qu’il soit fourni suffisamment tôt… Car ce formulaire doit être rempli par des colistiers pas toujours aussi disciplinés qu’on veut bien le croire, le délai de remise des pièces que vous leur demander étant proportionnel au nombre de pièces que vous leur avez demandé (et redemandé).


Donc quand vous n’utilisez pas le formulaire type, vous pouvez vous attendre à un certain nombre de questions. Du type : « vous n’avez pas indiqué la nationalité hormis pour le portugais ». Réponse : « comme le prévoit l’article L265 du code électoral… » qui, curieusement, effectivement, ne requiers pas d'inscrire la nationalité des candidats français. Tout simplement parce qu'avant, l'attestation d'inscription sur les listes électorales en était une... Mais action : « Ok, on le rajoute ensemble sur la liste ».


Proche du surréalisme : « il manque l’étiquette politique ». Réponse : « bah non, ils n’en ont pas, c’est logique de laisser vide ». Action : ajouter « SE » devant chaque nom, pour « sans étiquette ». Non, ne pas dire que ça n'est pas dans la grille des nuances.


Sinon, vous pouvez toujours tenter d’indiquer la tendance de chacun ou de la liste, la grille des nuances étant à mourir de rire cette année, depuis la blague de Sarkozy de mettre au gouvernement des gens de toutes tendances. : « UDFD : UDF-mouvement démocrate », « M-NC : candidats se réclamant des pôles du centre et de gauche de la majorité présidentielle ». D’ailleurs, l’étiquette DVD, Divers Droite, contient les partis associés de l’UMP « lorsqu’ils ne sont pas soutenus par l’UMP ». Je vous le disais : à mourir de rire !


Plus ennuyeux : « vous n’avez pas respecté la caste CSP pour indiquer les professions ». Sous entendu : « ça fout en l’air nos stats ». Soit vous avez joué au petit malin lors des précédentes questions, soit vous êtes désagréables, soit vous êtes tombé sur un petit nouveau, soit... vous n'avez pas de bol. Quoi qu'il en soit, réponse : « euh… on le rajoute ?».


Action : s’arracher les cheveux pour classer des professions dont on ne sait absolument pas de quelle caste elles sont (pour les sérieux ou ceux dotés de candidats pointilleux) ou mettre au hasard (de toutes façons vous finirez par mettre au hasard...). Mais ne le dites pas...


Une fois que votre liste est vérifiée –et que vous avez récupéré votre récépissé attestant du dépôt, et pensé à prendre une photocopie de toutes les modifications faites lors de votre dépôt- on vous remet… votre dossier de candidat. Une simple chemise contenant tout ce que vous devez savoir sur toutes les tracasseries administratives qui peuvent vous attendre.


Au menu : la commission de propagande (kesazo ? Un conseil, faites vous y représenter, ça a l’air chiant comme ça, mais c’est important…), les panneaux d’affichage (idem, faites vous représenter au tirage au sort…), les emplacements de bureaux de vote, et les fameux compte de campagne. Attention, ça ne rigole pas. L’enveloppe qui contient le sacro-saint formulaire, « faut pas la perdre, on ne vous en remettra pas une autre ». Diantre…


Vous en voulez encore ? Après le 16 mars, vous aurez droit aux comptes de campagne, puis, pour certains, à la déclaration de patrimoine. Vous ne croyez tout de même pas que vous allez diriger une administration sans avoir tâté du guichet …


Enfin rassurez-vous : pour un peu que vous soyez civilisés, les fonctionnaires des bureaux des élections sont très sympas, et là pour vous aider.

Publié dans Politics

Commenter cet article