Underground, interprétation symbolique

Publié le par Ze FML

 

underground29.jpg


Underground est le titre du film.

Il y a deux interprétations possibles

  • Une interprétation symbolique.
  • Une interprétation politique. 


1 - Interprétation symbolique du souterrain

 

Dans la définition du dictionnaire, on peut lire Underground :

- Sens premier : Souterrain.

- Sens figuré : Mouvement, monde underground. Monde ou mouvement en décalage, à la marge.

 

Premier sens dans le film : le souterrain

 

Le souterrain dont parle le titre est tout d’abord un élément visible du film.

 

Au début du récit on voit les prémices de ce monde souterrain. En effet, les personnages (Blacky et Marko) lors de leurs fuites utilisent les bouches d’égout qui mènent au monde underground, sous le sol. D’autre part, lors de la représentation théâtrale de Natalja, Blacky est caché sous la scène à la place du souffleur. Le souterrain apparaît par intermittences.

 

Par la suite, le souterrain est présent de manière permanente grâce à la cave. Elle est mise en image en tant que décors. Et elle est située dans l’espace, elle est un lieu d’action: Elle se trouve sous la maison de Marko (justement !).

 

Interprétation symbolique du souterrain

 

Il s’agit d’un monde qui s’oppose au monde extérieur, le monde réel ayant un cycle naturel avec des jours et des nuits.

 

Le monde underground est un monde d’obscurité. Quand il y a de la lumière, elle est artificielle.

 

Blacky est le personnage central de ce monde d’obscurité. Comme par hasard il exerce le métier d’électricien. Il donne de la lumière (au sens propre, puisqu’il fait passé le courant par son corps) mais ça n’est pas celle du soleil. D’autre part, comme pour rajouter une pointe d’humour, il porte un prénom dont la signification veut dire " noir ".

 

Les paroles de la chanson Mecesina, écrites par Kusturica, nous donne la clé de notre interprétation : "Un clair de lune à midi, le soleil à minuit, des cieux tout là haut, une lueur jaillit. Personne ne sait ?" 

On y retrouve chaque élément :

  • le monde underground, monde en dehors du cycle naturel : "Un clair de lune à midi, le soleil à minuit".
  • le monde réel, celui qui est au dessus de la cave : "Des cieux tout là haut".

 

Marko et Natalja qui apparaissent aux yeux des habitants de la caverne comme des dieux vivants, sorte de soit disant deus ex-machina, à chacune de leurs arrivées : "Une lueur jaillit". Ils apportent l’espoir, ou font avancer l’intrigue.

 

Le mythe de la caverne de Platon

 

Ainsi, la cave est une parfaite allégorie de l’état d’obscurité dans laquelle sont maintenus ses habitants. Ce monde underground qui ne laisse pas passer la lumière naturelle (celle qui pourrait amener la vérité), mais juste la lumière électrique (incarnée dans les différents jaillissements de Marko et Natalja, la lumière d’une idéologie) ne leur donne qu’une interprétation de la vérité. L’obscurité dans laquelle vive les gens de la cave est celle de l’ignorance.

 

Cette allégorie n’est elle pas une remarquable illustration du mythe de la caverne de Platon ?

D’un point de vue philosophique, le monde la caverne est un lieu d’ignorance, de souffrance et de punition, où les âmes humaines sont enfermées et enchaînées par les Dieux.

 

Platon en fait une description dans La République (livre VII, 514, ab) :

"Représente toi donc des hommes qui vivent dans une sorte de demeure souterraine en forme de caverne [la cave], possédant tout le long de la façade une entrée qui s’ouvre largement du côté du jour [la brèche] ; à l’intérieur de cette demeure ils sont depuis leur enfance [ Yovan], enchaînés par les jambes et par le cou [le mensonge qui fait croire à la guerre donc la mort. Les fausses informations divulguées par une fausse radio.], en sorte qu’ils restent à la même place [Blacky ne sort pas de la cave malgré sa volonté de sortir], ne voit que ce qui est en avant d’eux, incapables d’autre part, en raison de la chaîne qui tient leur tête [manipulation de Marco, idéologie], de tourner celle ci circulairement. [de faire tourner le canon vers la brèche]. Quand à la lumière [le chemin de la vérité], elle leur vient d’un feu qui brûle en arrière d’eux, vers le haut et loin."

 

Partie 2.2 : Interprétation politique du souterrain

 

Publié dans Kusturica Dream

Commenter cet article