UMP : y'a-t-il un pilote dans l'avion ?

Publié le par Ze FML


Vous rêviez ou craigniez -c'est selon- que l'UMP se prenne les pieds dans le tapis ? La Majorité présidentielle l'a fait. Petit tour de piste de cette journée de la loose en six numéros du plus grand chapiteau politique de France !


1 - Les clowns

 

500 heures de travail et 250 militants-figurants (ce qui est un pléonasme dans l'UMP actuelle...) voilà ce qu'il a fallu aux jeunes de l'UMP pour réaliser leur lip dub, que pour les besoins de cette note, nous rebaptiserons à son juste nom : lip daube. Et encore, c'est méchant pour la daube.

 


Selon Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires, des messages se cachent sous cette réalisation fort grasse... Prévenez tout de même le réalisateur que la première chose qu'on apprend en cinéma, c'est de ne surtout pas souligner le texte à l'image. Ainsi, quand on parle des racines, on ne met pas une plante. Ou quand on parle de fécondité, on ne met pas une femme enceinte. Ben lui, il l'a fait. Pendant 4m15. Lourd !!!

 

Entre deux images de plomb, on a tout de même eu droit à quelques pépites. Et je ne parle pas de la choré faite par les ministres, qui pourtant vaut son pesant de cahuètes. Nan, je parle de messages subliminaux compris par... personne je pense.

 

1 - Il faut intégrer les handicapés -le clip démarre par une bande de potes, dont un handicapé- mais pas se les trimballer partout -les jeunes montent dans le train... pas l'handicapé, qui reste à quai. Trop sympa les jeunes pops !

2 - L'UMP c'est miraculeux, la preuve, les aveugles peuvent conduire !!! En voiture Gilbert !!
Pour la petite histoire, sachez tout de même que Gilbert Montagné conduit réellement, mais pas sur route, évidemment, sur une piste spécialement aménagée pour que les aveugles fassent des courses de tuture.

3 - Pour changer de société, il faut la détruire, comme un jeune militant le souligne en battant la mesure avec son marteau. Aïe, petit problème. En 2004, lors des régionales, ces mêmes Jeunes Populaires (enfin ceux qui les ont précédés) avaient sorti un tract intitulé « Ils veulent tout détruire... Nous voulons construire », s'attaquant aux extrêmistes de gauche comme de droite qui n'ont pour seul projet que de vouloir détruire la société.

4 - Frédéric Lefèbvre aime la liberté -en play backant le mot « liberté », Frédo fait un petit coeur avec ses mimines. What the fuck ????? 

 

Bref, vous l'aurez compris, ce clip est déjà cultissime, mais j'ai gardé le meilleur pour la fin : il s'agit d'une campagne d'adhésion... Alors si vous êtes niaiseux, rejoignez l'UMP !!!

 

 

2 - Les Illusionnistes


Jeunes Populaires, encore eux : ces truffes ont piraté le morceau de la Star Ac Québécoise... Ah là là, c'est le gang des Frédos (Lefebvre et Mitterand) qui vont pas être contents, ces jeunes ne respectent rien, pas même le droit d'auteur !


Ils avaient bien demandé l'autorisation, mais elle leur a été refusée... et ils se sont complètement assis dessus. Quand on a le super power sarkozyste, rien à foutre des caribous !!!

 

Remarquez, ils ont un bon exemple : Frédo, chantre de la loi Hadopi, honni par les internautes pour ses prises de position liberticides, est un gros pillard qui ne respecte absolument pas le droit d'auteur ! Pour preuve, il reprend intégralement l'article d'un autre auteur, alors que pour cela, il devrait disposer d'une autorisation... ou se contenter de le citer, entre guillemets et avec mention de la source. Frédo, je te vois...

 

Dans la catégorie Faites ce que je vote, pas ce que je fais, Frédo et les Jeunes Pop sont de bons exemples ! Bon, et bien puisque c'est comme ça, moi, je n'en ai rien à foutre d'Hadopi. Na !

 

 

3 - L'équilibriste
 
14 décembre 2009, Elysée. Conférence de presse sur le grand emprunt. Au hasard d'une question de journaliste, Nicolas Sarkozy répond sur la liste des 3000 évadés fiscaux de Woerth, dont une des sources serait la liste volée chez HSBC.

 

Attention les yeux : « La lutte contre la fraude fiscale, elle est morale. (...) C'est à la justice de dire ce qu'il en est. mais imaginez une administration qui reçoit des renseignements et qui les met à la poubelle. Sans doute, on nous aurait félicité pour notre respect scrupuleux des règles juridiques françaises. » a-t-il ironisé.

 

Seul petit souci... Clearstream. Le dossier chewing-gum, qui colle, colle, colle... Bah oui, qu'est ce que Clearstream, si ce n'est une liste, concernant des comptes prétendument détenus à l'étranger par des personnalités, et sur laquelle il y aurait eu enquête pour savoir si elle était crédible, puis qui aurait été transmise à la justice ?

 

Si je me souviens bien, dans ce dossier là, Sarko imaginait tout à fait qu'une administration reçoive des renseignements et les mettent à la poubelle, et ne les vérifient surtout pas. Dans ce temps là, la transmission à la justice, c'était une grosse crasse faite à Sarko, et ça valait d'être pendu à un croc de boucher.

 

Deux poids, deux mesures... On va se marrer le 28 janvier !


 

4 - Les clowns, le retour

 

L'ennui avec l'UMP, c'est qu'au bout d'un moment, les vieilles ficelles finissent par s'user... Après le vrai-faux vote de Jean-François Lamour, qui a expliqué un truc à la tribune de l'Assemblée, a voté en cohérence avec ce qu'il avait dit, avant de dire qu'il s'était trompé dans son vote (parce que son groupe voulait qu'il vote dans l'autre sens), on a encore vu une erreur humaine.

 

C'était au Sénat, sur le redécoupage électoral. Les communistes ont présenté un amendement visant à supprimer l'unique article du texte de loi, et il a ... été adopté, à la surprise générale, par 167 voix contre 156. Oups... Le groupe Nouveau Centre, auteur de ce crime de lèse-majesté, a plaidé l'erreur humaine, ressortant de sa chaussette cette bonne vieille excuse.

 

Désormais, cette excuse est un acte de rébellion destiné à passer un message aux électeurs : « j'ai voté comme je veux, mais comme je n'ai pas vraiment le droit de faire ce que je veux à cause du chef (de l'Etat) et que je veux garder mon job (mon investiture, déjà), je dis que je ne l'ai pas fait exprès. T'as compris, électeur, que je pense comme toi ? »

 

Enfin pas sûr que ça marche. Le mieux, c'est encore de voter réellement comme on veut, heureusement ça existe, malheureusement en trop petit nombre !

 

Résultat des courses, le Gouvernement a demandé un nouveau vote. Mais la présidente de séance (PS, pas de chance !) a refusé, au motif qu'il était impossible de revoter sur un texte supprimé... et que de toutes façons, ce texte suivrait son cours.

 

En effet, dans le pire des cas, le texte repart à l'Assemblée par la procédure de la navette. Mais bon, ça fait perdre du temps, donc ça énerve le Gouvernement. Alors pour vraiment leur montrer qui c'est Raoul, le Gouvernement le Président du Sénat a décidé de faire convoquer une conférence des présidents extraordinaire au Sénat, pour statuer sur cette affaire.

 

Nan mais ! Parce que si les sénateurs se mettent à faire ce qu'ils veulent, où va la France !

Manquerait plus que les électeurs se trompent de bulletin en mars, et réclament un nouveau vote !


Franchement, le président ferait bien d'écouter Rachida Dati, qui, dans le clip UMP, "entend la révolte gronder". Parce que les sénateurs, ils se rebellent pour de vrai. La preuve, la conférence des présidents a con-fir-mé la décision de la présidente de séance, et rejeté le texte sur le redécoupage électoral. Pour de vrai.

 

Et c'est parti pour un tour de manège navette... Le texte devra reprendre le processus parlementaire, en repassant par l'Assemblée, puis chez les petits drôles du Sénat.

 

D'ici là à ce que la rébellion se poursuive... On apprend en effet ce soir que la réforme des collectivités "est désapprouvée par la quasi-totalité" des sénateurs centristes, selon le député Jean-Léonce Dupont (Union centriste). Vu que l'UMP ne dispose plus que d'une majorité relative dans la Haute Chambre, les voix centristes vont valoir leur pesant de cacahuètes...

 

Et ça ne sera de toutes façons pas fini. Comme le fait très justement remarquer la (vilaine) Mme Gourault, centriste Modem, il n'est pas certain que cette réforme soit constitutionnelle. En effet, la réforme prévoit un conseiller territorial pour le département ET la région, or la constitution interdit la tutelle d'une collectivité sur une autre. Mais s'il n'y avait que cela ma bonne dame... Bref, il est fort probable que ce texte fasse l'objet d'un recours en constitutionnalité.

 

Hadopi, le retour ?


 

5 - La femme à barbe

 

Lorsqu'Eric Besson a lancé le débat sur l'identité nationale, on avait tous compris qu'il y avait en ligne de mire les régionales, et que donc, l'UMP était dans les starting-blocks pour pourchasser les électeurs du FN. Ce qu'on savait aussi, c'est que ça allait dégénérer très vite. Parce que prétendre que les gens peuvent tout se dire dans des réunions publiques en imaginant que ça ne va pas partir en live, c'est se positionner comme un ravi de la crèche, pas comme un politique.

 

Et ça n'a pas raté. On a eu le maire d'un village de 40 personnes, qui a crié à l'invasion, pour un peu il aurait appelé Charles Martel... Et puis hier, on a eu Nadine Mollah-No (copyright : Humourdedroite), qui s'est grave lâchée, en déclarant : "Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers".

 

Et hop, un joli dérapage plein de jolis clichés, comme si seuls les jeunes musulmans portaient leur casquette à l'envers, ou étaient les seuls à parler verlan. Plus bas encore, Nadine, et tu trouveras du pétrole !

 

Evidemment madame nie ses propos et prétend qu'ils ont été sortis de leur contexte -l'excuse habituelle en cas de dérapage- alors l'arbitre demande la vidéo : magnéto, Serge !

 


C'est marrant, moi j'attends d'un ministre qu'il ne se permettent pas de dire de telles inepties, et qu'il passe plus de temps à travailler ces dossiers -et à combler ses lacunes, le cas échéant- plutôt qu'à se trémousser dans le clip des jeunes de son parti.

 

6 - Celle qui fait tourner les casseroles assiettes

 

Dans le cirque UMP, la star de la piste aux étoiles, c'est Rachida Dati. Rachida, elle a toujours le mot pour rire. Enfin sauf au Parlement Européen, où franchement, elle se fait biiiiip.



Enfin c'est ce qu'elle dit à ses copines... et à la France entière. Car pour que tout le monde en profite, elle oublie de retirer son micro. Une fois de plus : au cas où vous l'auriez oublié, ce n'est pas la première fois. Mais rassurez vous, c'est probablement une erreur humaine...

 

 

Pendant ce temps...

 

Alors que le Chef de l'Etat atteint péniblement les 34% d'opinions positives (enfin jusqu'à 39%, ça dépend si un autre institut met des talonnettes ou pas), son prédécesseur, Jacques Chirac, surfe sur une vague de popularité sans précédent, atteignant les 78%. Soit le double du meilleur score de l'actuel président. Ca laisse rêveur...

Publié dans Politics

Commenter cet article

Elise 21/12/2009 01:16


Moi qui ne connais rien a la politique francaise, j'ai en fait bien aime cette video. Tres kitsch, mais gentil, et puis ca correspond tres bien a l'idee que je me fais des "jeunes" en politique.


evasion735 15/12/2009 17:43


no coment, ils ne le méritent pas
bonne soirée