UGC : l’accalmie

Publié le par Ze FML

Après la tempête déclenchée par la création de son forfait illimité, UGC annonce sa décision de suspendre provisoirement la vente de cette " carte orange " du cinéma, à compter du 9 mai à minuit et jusqu'à la décision du Conseil supérieur de la concurrence. Les abonnements vendus jusqu'à cette date, déjà au nombre de 20000, seront quant à eux toujours valables.

 

Cette décision du réseau UGC fait suite à la polémique déclenchée parmi les professionnels et les pouvoirs publics, et s'inscrit, selon le réseau, " dans un esprit d'apaisement ". Depuis on lancement le 29 mars dernier, la carte UGC n'avait cessé de défrayer la chronique. Les salles indépendantes s'inquiétaient de ne pas pouvoir s'aligner sur le tarif très attractif proposé par UGC, à savoir 98F par mois pour un nombre illimité de séances, et craignaient d'être ainsi économiquement condamnées.

 

Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication, était intervenue dans le débat, en saisissant le Conseil de la concurrence et en se prononçant pour un retrait de cet abonnement le 26 avril dernier. UGC a accédé à sa requête, et accepté de participer à la concertation professionnelle selon les voeux de la ministre : les différents acteurs de la profession étudieront ensemble, sous l'égide du CNC, les nouveaux services à apporter au public pour générer une hausse de la fréquentation des salles.

 

UGC souligne cependant un premier effet bénéfique de sa carte, en annonçant que "simultanément à cette initiative, la fréquentation des salles de cinéma, autres que les siennes, sont aussi en nette progression". Il est en effet possible que cet abonnement, au lieu de provoquer un effondrement de la part de marché des salles indépendantes, génère au contraire une dynamique de hausse généralisée de la fréquentation.

 

Certains cinéphiles préfèreront souscrire à l'abonnement UGC dans une optique économique, qui leur permette de visionner pour le prix de deux séances autant de films que possible, et allouer le reste de leur budget cinéma à d'autres cinématographies, absentes du réseau UGC. Ce qui profiterait aux indépendants ... mais probablement pas à Gaumont et MK2, les concurrents directs d'UGC. Epilogue attendu lors de l'annonce de la décision du Conseil de la concurrence, qui doit statuer selon la procédure d'urgence.

 

Publié dans Ciné-files

Commenter cet article