Spleen en Sarkozie

Publié le par Ze FML

Cinq mois après l’élection de Sarko à la Présidence de la République, certains déchantent, comme je l’ai déjà rapporté ici. La nouveauté, c’est que la presse n’hésite plus à s’en faire l’écho. Que ce soit Libération ou Le Monde, tout le monde ne parle que de ça : la majorité parlementaire grince des dents.


Au menu des discordes, la loi sur l’immigration –que 40 députés UMP n’ont pas votée- ou encore l’examen du projet de loi sur le Nouveau Centre-ajourné faute de majorité, et renvoyé aux calendes grecques. Les parlementaires ne veulent plus du fait du prince, et entendent bien faire entendre leur voix.


Dans les fédérations, les militants sont bien loin du divorce présidentiel, et se positionnent comme encore plus terre à terre que leurs élus, en réclamant des résultats probants, et rapidement. En effet, la hausse du prix de l’essence et la baisse du pouvoir d’achat pèsent sur le moral des ménages, et la promesse de l’instauration du service minimum a été entachée par son délai de mise en place et son manque de lisibilité.


Du coup, Sarko s’effondre dans les sondages, et s’enferme dans une communication déjà dépassée, en évoquant « quelques grincheux ». Grincheux les français ? Non, réalistes. Ils ont voté pour que les réformes soient faites, de toute urgence, afin de pouvoir boucler leurs fins de mois.


Chacun savait que la tâche ne serait pas facile pour le président sorti des urnes, et Nicolas Sarkozy lui-même semblait en avoir bien conscience. La France lui rappelle désormais qu’elle a voté pour lui à 53%, mais sans lui donner pour autant un chèque en blanc.

Publié dans Politics

Commenter cet article