SNCF : ensemble, tout devient possible

Publié le par Ze FML

Hier, je rentrai tranquillement de mon lieu de travail, empruntant le train de banlieue dans le sens inverse du flux, à savoir Province/ Paris, la tête dans les résultats des élections qui ont placées Sarko en tête.

Je dormais paisiblement lorsqu’une contrôleuse fait claquer ses clés sur la barre métallique situé à ma portée. Désagréable, elle me dit « Mademoiselle, on ne cherche pas à échapper à un contrôle en faisant semblant de dormir ».

Interloquée, je lui tends mon pass Navigo. Lorsqu’elle le rend, je lui glisse : « Madame, je dormais paisiblement, j’aurais préféré un réveil plus doux et surtout moins suspicieux : la majorité des voyageurs sont d’honnêtes gens qui payent leur billet et vous permettent ainsi d’avoir un métier et donc de quoi vivre, ne l’oubliez pas. Le respect que je vous dois est réciproque et je vous prierai d’en user. ». Ca l’a mouchée, elle est partie en grommelant.

Je tente de me rendormir, lorsque je suis alertée par du bruit. A mon étage, GI Joe, le pire contrôleur de la ligne, sévit. Apparemment, il a mis une amende à un homme d’une cinquantaine d’années. Celui-ci, dépité, a attendu que le contrôleur se soit éloigné pour laisser échapper un « connard ».

La scène qui se déroule sous mes yeux est surréaliste : GI Joe ayant entendu l’insulte, est remonté à l’étage, pour infliger à ce voyageur une amende supplémentaire de 138 euros pour insulte. De son côté, GI Joe se laisse aller à quelques excès verbaux mais lui, il peut se le permettre, personne ne va lui mettre de prune…

Le contrôle se poursuit, et tout à coup, des hurlements. Une jeune femme black refuse de communiquer son identité pour le procès verbal, estimant être victime d’une injustice. En effet, elle dispose d’un ticket qu’elle n’a pas eu le temps de valider. Elle justifie ne pas avoir vu les contrôleurs pour leur signifier n’avoir pas eu le temps de valider son ticket. Petite précision mais d’importance, la gare de départ est également desservie par des trains grandes lignes dans lesquels cette formalité est acceptée.

Que fait GI Joe ? Après lui avoir expliqué qu’elle n’est qu’une resquilleuse de mauvaise foi –ce alors que la moitié du wagon confirme que la jeune femme est montée dans le train à la dernière minute avec d’importants bagages, confirmant sa version des faits- il lui sort la phrase qui tue : « Madame, la France, aimez la ou quittez la ». Je précise tout de même que GI Joe est black également. Pas de doute, on est bien le 23 avril 2007, lendemain du premier tour qui a placé Nicolas Sarkozy en tête des suffrages. Même les contrôleurs se croient tout permis…

Publié dans Sévices clients

Commenter cet article