Should I stay or should I go now ?

Publié le par Ze FML

Alors, ce petit pont du 1er mai ? Cool ? Pour ma part, c’est repos, repos, repos et repos. Autrement dit : balade avec le chien, faire les courses, le ménage, la lessive… Et aussi lecture, films, séries, coup de fils, et autres amusements qui peuvent occuper une journée, sans oublier Facebook mais ça, vous le savez.

 

J’en profite pour vous conseiller Monsters vs Aliens, un peu gentillet mais c’est à la base pour les petits n’enfants (je ne sais pas trop à partir de quel âge alors checkez avant !) et si possible en VO : c’est assez rigolo d’entendre la voix de House et celle de Jack Bauer dans ce genre de film… et les personnages leur vont assez bien.

 

Revenons à nos moutons, car je sais que le titre de ce FML News vous a tous mis en émoi : que c’est-il passé depuis le dernier numéro de votre sitcom favori ? Eh bien… Pas mal de choses. Tout d’abord, il y a une dizaine de jours, j’ai décidé de me bouger un peu et de réfléchir à mon avenir. Oh rassurez vous je ne suis pas encore partie de la mairie de MaVille. Nous sommes en pleine crise et une telle décision mérite d’y réfléchir à deux fois, et de se poser les bonnes questions. Si on a tous de bonnes raisons de se plaindre de certains aspects de notre vie professionnelle, rien ne garantit que ce soit mieux ailleurs.

 

Cependant, je me suis demandée où j’aimerais travailler, et la réponse était la suivante : entre le Dr House et Jack Bauer. Le dénominateur commun étant la Fox, aux studios de Century City (Los Angeles), j’ai regardé les annonces et là… J’ai vu le poste idéal pour moi. Vu mon expérience chez Sony Pictures Television International, ma candidature était crédible. Avec l’aide inestimable d’Elise, une copine de collège, j’ai rédigé ma cover letter et mon resume, et elle a corrigé le tout. Thank you so much Elise, I owe you everything !

 

Bon malheureusement, lorsque j’ai voulu candidater, l’annonce avait disparu. Vous vous doutez bien que ça ne m’a pas arrêtée. J’ai aussitôt dégoté l’e-mail du directeur des ressources humaines de la Fox, et lui ai fait un petit refrain du style « je ne peux pas rentrer par la porte alors je rentre par la fenêtre, ne le prenez pas mal mais comme un signe de très grande motivation ».

 

Evidemment, cette candidature a peu de chances d’aboutir. Mais voilà, j’en avais envie, ça m’a détendue, et c’était important pour moi de voir si j’étais capable de me lancer sur le marché US. D’autre part, candidater à 10 000 kms n’est pas totalement anodin… Ca m’aura fait mentalement voyager et ça n’est déjà pas si mal.

 

D’autant qu’à la mairie de MaVille, c’est l’hémorragie. Miss Marchés Publics, avec qui j’étais devenue copine, a démissionnée, et part à Voisins le Bretonneux. Je suis super contente pour elle, mais ça fait une copine de moins à l’étage, où l’atmosphère est devenue irrespirable. Le clan des A snobe plus que jamais les B+C, c’est limite la guerre de tranchées. En mode faux cul évidemment… vous connaissez les A. Ceci dit en ce moment elles n’en ont pas après nous : elles cherchent à faire virer la DGS (directrice générale des services) qui a eu l’audace d’essayer de les mettre au travail. Damned !

 

Nous aurions pu en rester à ce status quo. Mais c’était sans compter sur Journaliste, toujours prête à mettre les deux pieds dans le plat et à se rouler dedans. Comme vous le savez, Miss-j’ai-fait-la-meilleure-école-de-journalisme (mais je suis à la mairie de Chaville, cherchez l’erreur) manque de conscience professionnelle et ne me délivre jamais les infos qu’elle a. J’entends par info le nom, la date, et l’organisateur de l’événement, soit le matériel minimum requis pour faire ma propre enquête.

 

Mais pour elle, c’est normal, car je n’existe pas, je suis une sous fifre même pas diplômée en journaliste (mais ex chef de rubrique pour un site internet leader sur son secteur et une chaine de télé…) et surtout, surtout, je suis sur un sous média, le web. Ne rigolez pas, elle y croit…. Vous croyez que je dois lui préciser que son MaVille Magazine, je le lis aux toilettes ?

 

Cette semaine, nous avons du faire face à un triste événement. Boss a perdu sa maman. Conséquence directe, il a été absent toute la semaine, et nous avons du tenir le service par nous même. Ca a plutôt bien marché jusqu’à… mercredi matin.

 

Lundi, nous avons revu avec Journaliste et Coloc le planning des reportages, en attribuant une partie au photographe, et en nous répartissant le reste. Donc chacun savait lundi soir les événements couverts et par qui. Mardi soir, Journaliste a envoyé la date du prochain comité de rédaction du journal, la grande messe avec tous les chefs de service. Faute ! Elle a programmé sa réunion le 12 mai, date à laquelle je suis en province avec les collégiens et les anciens combattants.

 

J’ai donc répondu à son mail que c’était dommage, sans plus d’explications. Mais voilà, elle s’est sentie obligée de répondre, pipo inclus. Eh oui, elle a basé son argumentaire sur le fait qu’elle avait regardé le planning plusieurs jours avant et que la date était libre. Impossible : d’une part, le planning ayant été refait la veille, elle aurait du s’y adapter. D’autre part, le précédent planning n’allait pas jusqu’au 12 mai, elle ne pouvait donc pas savoir si la date était libre ou non.

 

Conséquence immédiate, je lui ai envoyé le mail suivant :

 

S,

 

J'ai vu Boss la semaine dernière et il était prévu que cette réunion devienne une réunion tous médias afin que je puisse récupérer les infos.

En effet, à quelques rares exceptions, tu ne me communiques pas les informations dont tu disposes.

 

Celles qui sont actuellement sur le site ont été prises dans le FTP pendant la réalisation du journal, faute de collaboration de ta part, et Carol en est parfaitement informé.

C'est la raison pour laquelle je dois désormais participer à cette réunion et y prendre la parole au même titre que toi.

Carol étant indisponible en ce moment, il n'a probablement pas eu le temps de t'en parler.

 

Sur la date, puisque c'est ton argumentaire, étant donné que tu as envoyé le mail hier, plusieurs jours après la réception de mes dates de reportage (dont accessoirement nous avons reparlé hier en fixant le planning photo), tu aurais pu la changer. D'autre part, j'ignore où tu as pu voir que cette date était libre sur le précédent planning car il n'allait pas jusqu'au 12 mai. Lorsque tu donnes un argumentaire, vérifie au moins qu'il est crédible.

 

A mon sens, tu ne veux simplement pas collaborer : dans ce cas, dis le au moins franchement.

Merci

 

Bon… Ca a le mérite d’être clair. Elle sait désormais que je la squizze, que c’est validé par mon boss, et c’est dit par écrit avec en option –vous vous en doutez- l’agrafage de ce mail à ma prochaine évaluation si les choses ne s’améliorent pas d’ici là.

 

Donc désormais, les choses sont posées. Ne croyez pas que ça m’ait fait plaisir : j’ai essayé pendant des mois d’éviter d’en arriver là, alors forcément, c’est un demi-échec que de devoir sortir le bazooka. Mais j’ai horreur qu’on me mente et qu’on me prenne pour une conne. Si l’on veut être positif, désormais, l’abcès est percé, Boss n’a plus qu’à le vider… Ambiance, ambiance !!!

 

A part ça, que vous raconter… Au royaume de l’administration, les feignants sont les rois. Exemple avec le 1er mai, fête du travail ou plutôt fête de ceux qui ne font rien. Je m’explique. A la mairie de MaVille, nous avons un avantage acquis : les veilles de fête, la mairie ferme une heure plus tôt.

 

Ne me demandez pas pourquoi. A mon sens, c’est un héritage des 39h : à l’époque, on travaillait 8h par jour sauf le vendredi parce que 5x8 = 40 et qu’il fallait donc finir 1h plus tôt le vendredi pour arriver à 39h par semaine. Et donc, il y a eu comme « avantage acquis » de considérer les veilles de fête comme une veille de week-end, donc comme un vendredi, donc de finir également 1h plus tôt.

 

Cet avantage repose sur l’institution et non le salarié. La mairie ferme à 16h30, ce qui signifie que tout ceux qui finissent en théorie après 16h30 peuvent partir à 16h30. Simple. Mais voilà, le fonctionnaire lambda, lui, entend les choses autrement : il peut finir une heure plus tôt. Sinon, « c’est dégueulasse ». La DRH a donc été harcelée de demandes de « récupération » de cette heure, les salariés finissant à 16h ayant demandé à partir à 15h, et ainsi de suite. On croit rêver.

 

Mais ça n’est pas tout… Une cadre 1 fort inspirée a découvert que le 1er mai était un vendredi. Hors, elle est en RTT (fictive) le vendredi après midi… et a donc déposé une demande de récupération de sa RTT. Allez donc lui expliquer que cette semaine là, elle n’a même pas fait 35h…. Ces demandes ont toutes été rejetées, mais cela vous donne un léger aperçu de l’esprit de CERTAINS fonctionnaires, déjà ultra-privilégiés. Evidemment et heureusement tous ne sont pas comme ça et parmi les lecteurs du FML News, nous avons plutôt le contraire… Des bons qui travaillent bien, sans compter les heures, et qui malheureusement ne sont pas remerciés. Le monde à l’envers, j’vous dis ! Allez les blâmer après de perdre la motivation…

 

Sinon quoi d’autres ?

 

Caramel is an annoying dog : il a un « appétit capricieux », autrement dit il refuse de manger le contenu de sa gamelle et ne se jette dessus qu’une fois réellement affamé. Pas de chance, comme il est allergique, il ne peut avoir d’autre choix…

 

Je suis toujours aussi férue de mes séries US et attend avec impatience le mardi soir, jour où je retrouve mon cher Jack Bauer (Raph, saison 7 !) et mon médecin traitant, House, qui a choisi de me traiter par le rire. Ceci dit plus pour longtemps car mi-mai, les deux saisons seront finies, et il faudra que j’attende plusieurs mois avant une nouvelle livraison.

 

Je reprends doucement la prépa au concours de rédacteur, avec la motivation d’une enclume vu que je n’ai guère envie de finir dans la Fonction publique. Ceci dit, il faut passer cette étape pour « être tranquille », donc je vais le faire…

Publié dans Administration inside

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article