Que c'est ballot !

Publié le par Ze FML

Tout d'abord, je vous souhaite une excellente année 2009. Qu'elle soit pour vous pleine de santé, et vous apporte le bonheur, la joie, et tout ce que l'on peut vous souhaiter de bon.


Ce retour au bureau avait plutôt bien commencé.
L'ambiance était nettement cool dans mon équipe. Coloc est redevenu Coloc, à savoir normale, gentille, serviable, le cœur sur la main… La Coloc que j'aime et qu'il fait bon de retrouver. Dehors la neige tombe à n'en plus finir et nous voyons les centimètres de poudreuse augmenter à vue de nez, ce qui nous rend tous d'excellente humeur. Et Boss nous a fait un joli cadeau de début d'année : un superbe déjeuner dans un excellent chinois de la ville, lors duquel nous avons bien déliré.

Ebahis par MaVille sous la neige, nous avions bien plaisanté, nous rappelant sans cesse de faire attention à ne pas glisser. Sur ce, je pars en compagnie de Boss pour faire un reportage intitulé « MaVille sous la neige », la version glacée du MaVille Tour. Et là, je le fais passer par les pires rues de Chaville, pour prendre de jolies photos. Je l'emmène même route du pavé de Meudon, une route forestière qui mène à l'étoile du pavé de Meudon, où se trouve la tour hertzienne. Route non salée… Heureusement la fameuse côte des Gardes l'était. Nous redescendons par la rue du Gros Chêne, pour immortaliser la vierge dans sa caisse de bois (qu'il serait bon de changer) puis repassons devant la mairie. Nous nous y arrêtons pour prendre la « maison blanche » (si, si, elle s'appelle ainsi) sous les flocons.


Et là, c'est le drame. Avançant avec l'appareil à l'œil – jusque là c'est comme ça qu'on prend les photos- je ne vois pas le pied de la grille (mais quelle idée aussi de mettre des pieds en fer à une grille !) et je me ramasse lamentablement de tout mon long. Problème : je ne me relève pas… Aïe, mon épaule ! Allongée de tout mon long, je tente de bouger le bras, et constate assez vite qu'il n'est pas cassé et que mon épaule n'est pas luxée, puisque je peux le bouger. Ceci dit, ça fait très mal.


Je finis par me relever, mon Boss –qui croyait que je m'étais allongée pour prendre une photo artistique- est très inquiet, et m'emmène au cabinet d'urgence de l'Atrium… Sur le chemin, je ne pense qu'à l'état de l'appareil photo, et lui demande de le vérifier rapidement, je m'en voudrais d'avoir cassé le matériel. Je suis également morte de rire car même si j'ai mal, je garde le sens de l'humour, et je pense au ridicule de la scène…


Bien pratique ce cabinet. Pas de queue ou presque : il a fallut que devant moi se trouve une hypocondriaque, qui prend tout son temps pour se faire prescrire une pharmacie entière… Mais j'ai mal moi !!!


C'est enfin mon tour et là… le médecin ose me demander de retirer le haut pour m'examiner. Nan mais c'est pas possible ça monsieur ! Je me maudis d'avoir mis non pas une chemise, mais une vareuse… Fichu look de droite ! Il m'aide à la retirer mais ça fait maaaaal !!! Verdict : au moins une grosse entorse de l'épaule, et il faudra faire une radio pour vérifier qu'il n'y a aucune fissure.

Le truc pas drôle, c'est qu'ensuite il a fallu me rhabiller. Nan, j'ai refusé de remettre la vareuse, j'ai enchaîné direct sur le pull. J'suis douillette et pas cinglée, pas question de me torturer. Penser à acheter des chemises normales…


Au final, je m'en sors avec un accident du travail et un arrêt pour toute la semaine. Là, je lui demande s'il n'abuse pas sur la durée, il m'assure que non mais que je peux repasser après ma nuit, qu'il me promet douloureuse, pour lui dire si je suis en forme olympique. Ok, ok…


Mon boss m'attend à la sortie et j'oublie la pharmacie. Il me ramène donc chez moi et je me rends chez Allaert, le pharmacien génial qui est en bas de chez moi. Et là, j'apprends que mon changement de sécu n'a pas été enregistré à MaVille, mais que j'ai bien été radiée de Paris. Soucis administratifs… Grand seigneur, le pharmacien ne me fait rien payer, malgré mes protestations, et me dit de passer régulariser quand j'aurais ma nouvelle carte vitale. Autrement dit dans un moment… Promis je m'en occupe demain.


Je rentre chez moi en me demandant comment je vais gérer Caramel… Heureusement j'ai eu l'idée géniale de commencer à le dresser, et donc, il marche bien au pied. Donc j'arrive à le gérer de la main gauche et comme il ne tire pas, tout se passe bien. Grosse balade dans les bois, sur 5 à 7 cm de neige poudreuse donc non glissante. Le pied !


De retour dans mon home sweet home, les soucis arrivent. Comment dîner ? Je ne peux pas couper ma viande ! Après avoir pensé un temps à mon ami Pizza hut, j'ai renoncé : je ne me vois pas me bourrer de pizzas toute la semaine, donc autant trouver des solutions intermédiaires. Penser à aller demain acheter de la soupe ! Il me reste bien un paquet de Mousline mais depuis mon arrivée à Chaville, je fais de la purée maison, vais-je supporter ? Finalement, ce sera quenelles de brochet sauce nantua et riz. C'est dans le four !


L'ennui, c'est qu'il faut expliquer à Caramel que non, il ne peut pas me sauter dessus comme il aime… C'est un bon chien qui comprend que quelque chose ne tourne pas rond. Vu comme je gémis dès que je bouge un poil, en même temps, il ne faut pas être Einstein pour percuter.


18h30, coup de fil. C'est Coloc ! Inquiète, elle voulait prendre de mes nouvelles. Ca, c'est vraiment sympa. J'apprends par sa bouche que les biiiip de notre étage étaient au courant de ma chute avant elle… car une nana de l'accueil qui prenait sa pause clope m'a vu m'étaler. Sympa, elle aurait au moins pu venir voir si tout allait bien ! Vu le temps que j'ai passé par terre…. M'enfin encore une biiiip…


Du coup, Coloc va un peu être mon bras demain, et m'envoyer quelques fichiers que je travaillerai de la maison. Pas trop, car je peux taper, mais pas trop longtemps afin de ne pas trop contacter le bras, car les muscles touchent à l'épaule donc j'ai une autonomie limitée.


Voilà les aventures de la journée… Vous comprendrez que vous invite à la plus grande prudence dans vos déplacements car une chute pareille, c'est ballot !


Ceci ne m'empêchera pas de me rendre le bras en écharpe vendredi soir aux vœux de Mantes la Jolie, enfin si je trouve une voiture : la chasse au Cri-cri dit l'Helvète a donc commencé. Ceux d'entre vous qui le connaissent peuvent lui dire que s'il croise un pigeon, c'est moi qui lui ai envoyé… En plus des mails, textos et messages :-)


Sur ce, je vous renouvelle mes vœux, et faîtes attention à la glissade !!!

Publié dans Administration inside

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article