Le retour du Jedi

Publié le par Ze FML

Salut à vous, ô amis dotés d’un bon sens de l’humour…

 

Vous avez été nombreux à réclamer votre dose de FML News alors, je m’exécute. Enfin, façon de parler. Si vous avez bien tout suivi, le numéro précédent (si l’on excepte le dernier qui était en réalité un formulaire d’abonnement au FML News) s’appelait A new hope. Pendant tout ce temps entre deux FML News, l’Empire a contre-attaqué. Il est donc assez logique que celui-ci évoque le retour du Jedi… et vous allez voir que la métaphore est fortuite.


Depuis tout ce temps sans nouvelles, j’ai travaillé d’arrache-mains sur le nouveau site internet de la Ville. Tout ceci… seule. Jamais de soutien, jamais de validation, jamais le moindre intérêt sur ce que j’ai pu faire pendant ces longs mois de la part de la hiérarchie : j’aurais pu jouer sur Facebook (ce que j’ai parfois fait d’ailleurs) que personne ne s’en serait rendu compte. Point positif : j'ai créé mon jouet.


Bref, dans cette atmosphère très particulière, entre confiance envers mon travail et je-m’en-foutisme total (je ne sais toujours pas quelle était la bonne hypothèse), j’ai mené mon petit bonhomme de chemin, avec le soutien indéfectible de Coloc. 

Bah oui, depuis que Coloc est allée voir Boss pour dire tout le « bien » qu’elle pensait de l’attitude de Journaliste, et refuser de travailler avec elle, la donne a changé au bureau. Je ne suis plus l’étrangère-solitaire-qui-doit-faire-ses-preuves : Journaliste s’est retranchée dans son bureau, les lionnes Coloc et FML ayant pris le pouvoir sur le bureau. Et pour enfoncer le clou, nous fermons la porte de notre pièce, histoire de ne pas entendre le son très irritant de sa voix…


Voilà pour le contexte. Pour le reste… Eh bien rien n’a vraiment changé. Immobilisée chez moi pendant 10 jours en raison d’une crise violente au dos (disques usés, ça arrive…), j’ai travaillé 15 à 20h par jour, retrouvant le rythme que j’avais à l’UMP en période de congrès du Yepp. C’est dire… 

Bien qu’étant en arrêt maladie, je ne pouvais absolument pas stopper la production du site. Etre chez moi aura permis deux choses. D’une part, regagner l’intérêt de Boss (mais ne croyez pas pour autant qu’il ait en tête la somme de travail qu’implique la production d’un site) et du coup, récupérer le matériel qui allait me permettre de régler le cas de Journaliste.


En effet, lorsqu’une personne alitée travaille comme une dingue, on a plutôt envie d’être gentil avec elle. Du coup, Boss a secoué tout le service pour m’envoyer les infos que je devais mettre sur le site… par écrit. Devinez qui n’a rien envoyé ?


Pire, elle a envoyé les infos à Coloc pour son support et PAS A MOI alors que j’étais en bouclage… J’ai donc du aller me servir en piquant les textes de Journaliste sur le FTP partagé entre Chaville et l’agence qui réalise le journal (et dont on m’a légalement communiqué les codes). Si ça c’est pas de la rétention d’information volontaire, je ne m’appelle plus FML. Elle par contre, elle frise le Fabien de San Nicolas !!!


La méthode douce ayant échoué, il ne me reste plus qu’à sortir le bazooka : la note à Boss, avec en option l’insertion à mon dossier administratif lors de mon évaluation en octobre si ça ne se résout pas. Note qui tombe à pic (comme l’homme) puisque nous avons prochainement un séminaire du service pour préparer la rentrée et mieux nous organiser, en réglant au passage les problèmes dans l’équipe.

Entre la sortie du site –qui me crédibilise à fond- et le séminaire –c’est bien une note d’état des lieux en préalable, ça fait sérieux- je suis dans le timing parfait. Journaliste, il est temps que FML te retire ton masque… parfois, ça pose un petit problème, demandez à Dark Vador !


Bref, pour prendre une autre métaphore hollywoodienne, Nina Myers n’a qu’à bien se tenir… N’oublions pas que si elle survit à la saison 1 et 2, Jack Bauer la bute dans la 3. Bon, il faut juste éviter de devoir buter aussi Ryan Chapelle. Puisqu’on en est là, Tony Almeida… Nan, je m’égare.

Vous l’aurez compris, j’ai désormais un dossier suffisant doté de nombreuses pièces écrites (mes mails de demande et les relances de Boss, plus le mail qu’elle a envoyé à Coloc –qui a gentiment accepté d’être citée) pour poursuivre par écrit le dossier Journaliste, avec style bien évidemment. La dernière mouture de ma note est une petite merveille de professionnalisme dépersonnalisée (pas de nom, pas de gémissements, juste des faits au regard des obligations professionnelles et de la nécessité de service) qui en laissera plus d’un pantois. FML’s touch !

A part ça, Caramel a son pédigrée, j’ai encore mal au dos mais mon amie Vicodin (la vraie) m’aide à supporter la douleur, et je vais passer un dernier week-end de travail (pour insérer les infos que j’ai piquées à Journaliste sur le site) avant de réfléchir à ce que je ferai pendant mes vacances bien méritées, normalement le 15 mai jusqu’à… je n’ai pas encore décidé !

Publié dans Administration inside

Commenter cet article