Kosovox Populi

Publié le par Ze FML

Xème jour de la guerre au Kosovo. Les bombes grondent au dessus de la Serbie, du Kosovo et du Monténégro. 3 entités de l’ex-Yougoslavie. Retour sur le déchirement des Balkans : cinéma, et histoire.

 

1995. Alors que le conflit fait rage en Bosnie, qui subit l’épuration ethnique décidé par le serbe Slobodan Milosevic, Emir Kusturica remporte la Palme d’or à Cannes avec Underground. Cette fable typiquement balkanique se présentait comme  véritable hommage de Kusturica à son pays, mettant en avant le peuple balkanique, le mythe de la Yougoslavie unifiée, et la chute de cette utopie avec la mort de Tito. 

 

1997. La Serbie subit sa cinquième année d’embargo, décidé par l’ONU contre le régime nationaliste serbe dictatorial de Slobodan Milosevic. Le peuple gronde, et réclame le départ de Milosevic lors de manifestations dans les rues de Belgrade. Premiers troubles au Kosovo : les kosovars, en majorité albanais, donc non slaves, souhaiteraient ne faire qu’un territoire avec l’Albanie, mais la Serbie, qui contrôle la province autonome du Kosovo, entend garder ce territoire sur lequel se trouve la ville de Kosovo Polje, qui fut le théâtre de la bataille du même nom qui opposa les serbes au turcs. Malgré une défaite, cette bataille est le symbole de la nation serbe.

 

1999. Les Balkans sont devenus une vraie poudrière, et la moindre étincelle pourrait embraser la région. C’est le message que délivre Goran Paskaljevic dans Baril de Poudre. Ce film présente la vie quotidienne des gens de Belgrade, la capitale serbe, et de tout un peuple, qui survit malgré l’embargo et le climat de guerre, tout en sachant qu’il a été trompé, et en se trompant aussi lui même.

 

Mars 1999. L’OTAN déclare la guerre à la Serbie, sous l’impulsion des Etats-Unis. Les bombardements entraîne des exactions serbes, de la teneur de celles vues en Bosnie quelques années plus tôt, et jettent sur les routes de l’exode le peuple kosovar … et finalement laissent à la Serbie ce qu’elle voulait : le territoire du Kosovo, vidé de ses occupants.

 

“ Une guerre n’est pas une guerre, tant qu’un frère ne tue pas son frère ” - Underground


Publié dans Ciné-files

Commenter cet article