Groumpf !

Publié le par Ze FML

La semaine dernière, je vous faisais part d’une bonne journée. Hum, j’ai bien fait d’en profiter à fond… car évidemment, ça n’a pas duré. La semaine en cours est… comment dire… Biiiiip !!!

 

Vous vous souvenez du Gentil-mec-des-marchés qui allait être viré ? Et bien c’est fait… La « bonne » nouvelle lui a été annoncé lundi matin pour lundi soir, sans aucun préavis –il paraît qu’en cours de période d’essai il n’y en a pas- et surtout sans aucune humanité ni aucune classe… Je vous rappelle que je connaissais l’info depuis 6 semaines !!! C’était donc un début de semaine assez gloups…

 

Lundi toujours, Journaliste ne m’a toujours pas annoncé les sujets que je dois traiter dans le numéro de mars, qui doit être bouclé… lundi prochain. Cool… Forcément, elle est débordée. Enfin pas au point d’arriver à l’heure, elle débarque toujours vers 9h30, soit une heure après le début officiel de la journée. Perso je ferai bien 10h-18h pour ma part… mais non, je fais 8h30-17h30, soit une heure de plus par jour.

 

Lundi soir, donc, j’ai alpagué Journaliste pour récupérer mes sujets. Vaste blanc… Elle n’avait même pas réfléchi à la question. Tant mieux, j’ai donc pu choisir, et j’ai pris tous les mini-textes de vie pratique, sélectionnant mes articles sur un seul critère : que je n’ai pas à me déplacer pour faire les papiers, car je manque de temps. Attention, ne pas se déplacer ne signifie pas ne pas enquêter, le téléphone existe…

 

Et mardi matin, surprise. Nous avions reçu du service de la petite enfance un document intitulé « nouveaux horaires de la petite enfance » se résumant à un simple tableau indiquant pour chaque jour si c’était ouvert ou fermé le matin et l’après midi. Document ne contenant donc aucun horaire… Mardi matin, donc, Journaliste avait délicatement posé une copie de ce document sur mon bureau avec écrit en gros : « demander les horaires ».

 

Imaginez un peu ma fureur de trouver ce papier en arrivant à 8h du mat’ – un horaire qui, pour moi, correspond à la nuit ! Ne croyez pas que Journaliste me prenne pour une débile. Bon, peut être. Mais surtout, étant donné qu’elle est incapable de s’organiser pour mener à bien la fabrication du journal, elle tente de reprendre le contrôle, et c’est sur moi qu’elle teste son côté « petit chef ». Moralité : fais du bien à un chien (en tentant d’aider ta collègue), il (enfin elle) te chie dans la main. Vous l’aurez compris : le mois prochain, elle va se faire biiiip !

 

Juste derrière, j’avais rendez-vous avec le directeur de l’informatique. Devinez… Il n’était pas là. Malade. Ben tiens. Et il a prévenu son service, mais personne ne m’a prévenue, moi. Evidemment ça fait prendre encore du retard au projet. Mais bon, s’il est vraiment malade… A ce stade du début de la matinée, j’étais vraiment super énervée.  Et bien ça ne s’est pas arrêté là !!!

 

Dans l’après-midi, j’ai décidé de terminer le fichier des associations, qui doit servir de base à l’annuaire des associations en ligne que nous aurons sur le nouveau site. Terminer ce fichier consiste à corriger toutes les coquilles de celui qui m’a été fourni par Miss Assos, et de comparer ses données à celles de Miss Sports sur les associations sportives.

 

Et c’est là que ça a coincé. Deux sources, forcément deux versions… j’aurais du y penser. J’aurais surtout du penser que s’il existe deux versions, c’est que les deux miss sont incapables de bosser ensemble pour qu’il n’y ait qu’une seule version, ce qui serait tout de même bien plus utile à tous. Damnit ! [oui, je me suis remise à 24, j’en suis à l’épisode 5 de la saison 7, et donc, je parle de nouveau comme Jack Bauer.]

 

D’une part les données n’étaient pas cohérentes, d’autre part, les associations sportives sont gérées… un peu comme elles le décident. Non seulement on les finance –les subventions de la mairie représentent la quasi-intégralité de leurs ressources- mais en plus, elles dictent leur loi. Ainsi, on ne peut pas publier leur adresse –alors que c’est un élément obligatoire du dépôt des statuts en préfecture- mais en plus il faut parfois publier plusieurs noms de responsables et un téléphone qui est parfois celui d’encore une autre personne.

 

A la rigueur pourquoi pas… mais surtout pourquoi ne pas l’avoir mentionné quand j’ai demandé les champs nécessaires à la construction de la base de données !!!! Réponse de Miss Sports : « oh ben je pensai que les champs c’était juste comme ça, je t’ai dit en gros ». Ouais ben moi, en gros, je te dis Biiipp et tant pis pour toi… T’as raison, moi je fais un site internet en gros, comme ça… Pffff !

 

A 17h, j’étais à saturation, je me suis donc barrée en courant ! Ceci dit j’avais encore fait une heure sup’, donc pas de mauvaise conscience à avoir. De retour à la maison, il fut impossible de me calmer. J’étais trop sous tension. Cet état de boule de nerfs a eu raison de ma soirée révision : j’étais vraiment trop énervée pour parvenir à étudier efficacement.

 

Ce mercredi matin, les ennuis ont continué par… une panne de la chaufferie ! Conséquence, le chauffage lui aussi était en panne, et il était impossible d’avoir de l’eau chaude. Là, je me suis félicitée d’avoir pris une bonne douche hier soir ! Cependant, j’étais vraiment mécontente de ne pouvoir me laver les cheveux. Certes, on fait pire, mais fichue semaine !

 

Heureusement, j’avais un bon moment en ligne de mire : ayant pris rendez-vous chez le véto pour Caramel –pour grattage intempestif- il me fallait donc l’amener au bureau cet après midi. J’avais prévenu et ainsi, pendant trois petites heures, mon petit compagnon a semé la bonne humeur.

 

A 16h15, nous avons sauté dans le 171, direction le cabinet d’Olivier. Sur le trombinoscope affiché au mur, se trouvait la photo de mes deux précédents chiens, Urgo et Tostaky. Et sur la table d’examen, le petit Caramel ! Bon, il va bien, et ses grattages restent un mystère. Disons que si le traitement ne fonctionne pas, il faudra voir si ce n’est pas une allergie alimentaire et dans ce cas, passer aux croquettes hypoallergéniques. Enfin pas pour mon budget !!!

 

Petit Caramel a passé un check up et tout va bien. Olivier m’assure qu’il est très bien proportionné, mais j’ai failli faire une crise cardiaque en entendant son poids : il pèse 9,3 kg, il a pris 1,2 kgs en six mois !!! Nan mais je rêve !!! Alors que j’annonçais mon mécontentement au vétérinaire, il m’a expliqué que pour cette race, le poids dépend vraiment de chaque chien. Ainsi, il en connaît un qui fait 14 kgs. Ceci dit, hors de question que Caramel ne reprenne du poids, même si c’est un grand gabarit.

 

Une fois l’examen terminé, nous avons papoté, puis, semaine de biiip aidant, j’ai décidé de me remonter le moral en cédant à la frénésie dépensière. Et j’ai fait les soldes chez… Animalis, le magasin pour chien qui se trouve à côté de chez le véto. Bon, arrêtez de rire ! Caramel avait besoin de nouveaux jouets. Nous sommes repartis avec un nouveau sac de transport qu’il a aussitôt testé –bah oui, à plus de 9kgs, les lanières pour porter le sac ne tiennent pas longtemps…-, une laisse, un collier, une médaille avec son nom et mes coordonnées, et trois jouets. Raisonnable, non ?

 

Avant de rentrer, nous avons fait un détour par le bois, histoire que le petit Caramel détende un peu ses papattes. Décidément, il aura eu une journée 4 étoiles !!! Enfin, de retour à la maison, je me suis remise au travail. La préparation du concours demande de la régularité et les matières sont nombreuses, je veille donc à ne pas prendre de retard.

Publié dans Administration inside

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article