Ca sent le fromage !

Publié le par Ze FML

Ce matin, bref passage au bureau pour prendre l'appareil photo, avant de filer en reportage. Au programme, le cross des écoles. Retour en enfance, donc, et souvenirs doux et amers. Amers, pour la course, qui me frustrait : les profs de sport ne nous laissaient même pas prendre les raccourcis du bois que nous connaissions par cœur… Doux, pour le chocolat chaud servi une fois la ligne d'arrivée franchie… qui finissait parfois dans les cheveux d'un élève d'une école rivale.

 

En effet, à mon époque, il y avait les « Anatole » (France), les « Camembert » (Paul Bert) et les « Ferdinand » (Buisson). Les trois écoles se haïssaient, les gamins s'invectivaient tellement qu'il était impossible de leur faire emprunter le même trottoir. Je vous passe les blagues lors des classes de neige… Ce matin, donc, point de rivalité entre les écoles. Tout juste un petit « Anatole, champion, le reste c'est du bidon ». Les élèves des trois écoles élémentaires sont plus calmes que nous ne l'étions, et défendent moins bien leurs couleurs. Même pas un petit jet de gobelet... Même pas une touchette... Mais ils jouent ces gosses ou jamais ???

 

A peine de retour de reportage, je découvre que les couloirs de la mairie sont déserts. Un coup d'œil à ma montre : il est bien 15h00. Que se passe-t-il ? C'est vendredi, et jour de départ en vacances. Certains ont pris des RTT en récupération d'heures sup' souvent fictives, d'autres ont posé une journée. Mais ceux qui étaient là ce matin et qui n'ont pas posé de demi-journé ? Ils partent plus tôt à cause des bouchons. Alors là je suis bouche bée…

Remarquez quand on voit qu'un de nos collègues décompte sa présence quart d'heure par quart d'heure, qu'il finit tous les jours à 16h, et que malgré cela il parvient à se trouver des heures sup, pourquoi ne pas carrément s'octroyer une après midi... Je vous livre une confidence : ceux-là étaient des "camemberts".

 

Publié dans Administration inside

Commenter cet article