Premiers pas sous les ors de la République

Publié le par Ze FML

Ca y est, je prends possession des lieux. Après une fin de semaine agitée, consacrée à résoudre les questions administratives -et notamment annuler les candidatures encore en cours- et à remplir le dressing, et un week-end tout aussi rempli, j'ai fait mon entrée à l'Assemblée Nationale, maison des députés. Grâce à ma greeeeen card !

Bon point, le 128 rue de l'Université -où je suis basée- se trouve à 20 minutes environ de ma banlieue ouest, et c'est direct par le RER C. La station Invalides a le bon goût de se trouver à 2 minutes à pied du Palais Bourbon. Aussi, je suis au bureau -ou à mon domicile, le soir- en moins d'une demi-heure. Le pied intégral ....

Première mission de ce matin, comprendre qui est qui, et notamment en ce qui concerne l'intendance. Député, qui est vraiment adorable, m'a montré le bureau du matériel, autrement dit le magasin des fournitures. Il faut dire qu'en tant qu'ancien attaché parlementaire, Député connaît bien la maison.

Direction la cour Montesquieu, où un agent charmant m'indique les formalités, relativement simples. Et m'explique que non, il n'y a pas de catalogue des fournitures. On met sur un formulaire ce qu'on veut, et il nous trouve ce qui correspond.

Vous vous demandez sûrement pourquoi il n'y a pas de liste pré-établie ? Tout simplement parce qu'à l'Assemblée comme ailleurs, certains abusent. Et un formulaire précis les inciteraient à prendre tout et n'importe quoi, dont ils n'ont pas forcément besoin... Sans parler des fournitures pour les autres membres de la famille, à commencer par les enfants. Du coup, certaines fournitures sont en quantité limitée par député, comme par exemple les cartouches d'encre. Et d'autres sont payantes -à un prix très raisonnable-, comme par exemple les étiquettes. Un peu de responsabilité au Parlement est le moins qu'on pouvait en attendre...

S'agissant d'argent public, le mieux, c'est d'être raisonnable, et de ne prendre que ce dont on a besoin. Pour moi, ce sera donc un cahier, deux banettes, un répertoire, deux stylos, un pot à crayons, une règle, sans oublier la boîte d'étiquettes demandée par Député. De toutes façons s'il me manque quelque chose, il suffira d'y retourner. Rien à voir donc avec mon précédent job, où j'achetais toutes mes fournitures moi même, faute de crédits. Ou du moins, faute d'être dans un service doté d'un passe-droit pour bénéficier d'un stylo.

Concernant le mobilier, il faut que je contacte l'agent qui s'occupe de ma zone. Ce que je fais aussitôt, et qui m'apprend que je dois contacter l'intendance. Personne ne répond, aussi je remets mon appel à plus tard... Mais quand je retente, il est vraiment tard, aussi ce sera pour demain. A noter que l'accueil est superbe : cette agent, à qui j'annonce que je viens d'arriver, descend aussitôt me voir, pour tout m'expliquer. Les ors de la République, c'est vraiment la classe !

Il est enfin temps de contacter AP, mon collègue attaché parlementaire, qui officie en circonscription. L'échange est cordial : nous évoquons le partage des missions, et nous échangeons nos coordonnées. Arrive l'heure de ma première pause clope, dans la cour d'Aguesseau. Sur les conseils d'AP, j'enchaîne par un petit tour sur l'intranet de l'Assemblée, histoire de découvrir les arcanes de ma nouvelle maison. Et notamment le plan des lieux !

Je zappe l'heure du déjeuner, absorbée par la lecture rapide des revues de presse -parce que je sais que Député s'est pas mal exprimé depuis jeudi- et l'impression des mails qui concernent ma mission. Mission qui m'absorbe... Beaucoup de tri et de classement aujourd'hui, car je tiens à avoir une organisation nickel. En même temps, c'est pour cela que l'on m'a prise...

En début d'après midi, je m'octroie une pause café de la longueur d'un déjeuner avec J, ami qui est également assistant parlementaire, et qui m'a si gentiment accueillie la semaine dernière. Nous prenons donc nos quartiers au restaurant panoramique du 101, qui dispose d'une vue imprenable sur la capitale.

La fin de journée se déroule par la poursuite de mes missions, et la prise de contact avec le secrétariat de Député en mairie. Là encore, le contact est vraiment chaleureux ! Mon interlocutrice en profite pour me passer Député, qui veut savoir si tout se passe bien. Honnêtement, je ne vois pas comment cela pourrait mieux se passer.

Publié dans Me & my life

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article