Pourquoi Villepin est important...

Publié le par Ze FML

J'entends ci et là dire de Dominique de Villepin qu'il est fini. Essentiellement dans les cercles sarkozystes, il va de soi. Le fanatisme pour un homme -quel que soit le clan- a celui d'insupportable qu'il fait perdre la capacité de penser par soi-même, et donc, le recul nécessaire pour évaluer une situation. Mais j'entends aussi parfois aussi dans la rue, nourrie aux fast-médias qui n'offrent plus d'analyse.

Dominique de Villepin n'est pas n'importe qui, c'est un ancien Premier Ministre. Oh, tous n'ont pas laissé une grande trace dans l'histoire, et certains ont payé cher cette fonction. Mais pour autant, un homme politique n'est jamais fini que s'il le décide. Ainsi Alain Juppé, que l'on croyait politiquement mort, n'a jamais été aussi vivant. Parce qu'aujourd'hui, il ne raisonne plus en fonction des ambitions que d'autres ont pour lui, mais il vit sa vie politique librement. Et c'est de cela que la France a besoin.

Qu'on s'entende bien, il ne s'agit pas de Clearstream. Sans chercher à savoir qui a raison, deux parties usant l'une comme l'autre de la manipulation -qui est une arme politique, arrêtons de prendre des airs de vierges effarouchées...- sont aujourd'hui dans un prêtoir (l'une étant représentée et ayant choisi de s'exprimer depuis le Brésil puis New-York, so bling bling !) et bien malin qui pourra prouver qui a fait quoi. Si l'on regarde le résultat, on voit nettement qui en a bénéficié (le petit), et qui s'est embourbé (le grand).

Ca ne signifie rien. Et notamment pas que celui qui est sur le banc des prévenus soit coupable. Enfin... théoriquement. En droit. Sauf pour une personne, le Président de la République. Pour lui, Villepin est coupable. Il l'a même dit à la télé. Depuis New-York. Au mépris de la présomption d'innocence. Ce qui est tout de même incroyable pour un chef d'état, qui plus est avocat !!! La presse et les internautes ne s'y sont d'ailleurs pas trompés. Ni les députés les plus courageux et les moins paillassons. A lire ici, et ici. Enfin, il paraît qu'il a ripé parce qu'il est une victime. Si, si, c'est son avocat qui le dit. C'est ici. Pauvre petit chéri... Enfin surtout petit :-)

Mais que l'on convoque au tribunal un ancien Premier ministre pour une "complicité de dénonciation calomnieuse" alors que l'on ne fait pas de même pour un ministre qui récemment a tenu des propos qui peuvent être qualifiés de racistes, et si l'on regarde bien, de "dénonciation calomnieuse" sur les arabes ou les auvergnats, selon la version qui vous sied le mieux, ça n'est pas très normal.

De plus, à un moment ou un autre de notre vie, chacun peut avoir été complice de dénonciation calomnieuse. Bah oui. Même Tata Ginette a déjà dit que les poissons du supermarché n'étaient pas frais, parce qu'elle l'avait entendu de Madame Michu. Alors qu'ils l'étaient. Calomnie et perte sèche pour le supermaché victime de cette rumeur !

Ca ne veut pas dire que c'est un délit mineur qui ne doit pas être sanctionné ou que les politiques doivent être épargnés lorsqu'ils sont réprimandables. Ca veut juste dire que puisqu'on n'a pas le moindre début de preuve -vu qu'on a tout lu dans la presse, il n'y a plus de suspense du côté de l'accusation : c'est comme Les Bronzés 3, tout ce qui faisait l'intérêt du film était dans la bande-annonce...-, et que les droits de la défense sont bafoués -et ce au vu et au su de tous, il suffit d'ouvrir les journaux ou d'allumer la télé pour le voir-, il n'est pas forcément nécessaire de faire tout ce cinéma, qui au passage, nous coûte un paquet de pognon.

Mais la justice a d'autres chats à fouetter. Elle a à s'occuper de la République. So chic ! Le hic, c'est qu'elle le fait envers et contre les principes même du droit. Non parce qu'elle invite Villepin à la barre. Mais parce qu'elle fait fuiter des PV dans la presse, presse dans laquelle se répand le procureur, en se permettant de condamner le prévenu Villepin dans le JDD avant même l'ouverture du procès. So class !

Mais attention au retour de bâton... Si Villepin est relaxé -ce qui est tout de même fort plausible au terme du parcours judiciaire, qui va jusqu'en Cour européenne des droits de l'Homme- qu'est ce qui l'empêchera de se retourner contre Sarko ? Pour tout comprendre sur comment cela serait possible ou pas... Lire cet excellent article.

Et d'ailleurs, face au nom respect de la présomption d'innocence, Villepin n'a pas hésité à dégainer une jolie petite assignation à l'attention du président de la République, histoire de lui faire un petit rappel à la loi... Comme il a été suffisamment malin pour ne pas faire de référé et d'aller direct au fond, et vu que ces histoires prennent un paquet de temps, pas sûr que Sarko soit toujours immunisé -en tant que président, il a l'immunité- quand la justice s'occupera de ce dossier. Et les sarko-fans pourront toujours parler de haine : même si c'est une belle réponse du berger à la bergère, il s'agit uniquement de droit.

Justement, revenons à nos moutons. Dominique de Villepin, qu'il soit un jour candidat à la présidentielle, à autre chose, ou qu'il soit uniquement observateur de la vie politique, est un atout dans le paysage politique français. En dépit de l'opposition très marqué qu'il a avec Nicolas Sarkozy -et qui remonte à la campagne présidentielle de 1995-, il a les idées politiques qui vont avec.

Non, je ne crois pas que Villepin choisisse ses positions contre celles de Sarko. Je suis même persuadée du contraire. Comme si le monde se définissait dans son rapport à Sarko... Qui rappelons le, a passé un certain temps au purgatoire. Ou peu de monde -à part Brice Hortefeux, mon LOL préféré- ne s'intéressait à lui. Donc question centre du monde... c'est tout de même assez récent. Sauf chez lui, encore une fois. Bref, je m'égare.

Je crois simplement qu'ils ne sont pas sur la même ligne politique. Bien qu'étant à droite. Au risque de surprendre le néophyte, la droite est un vaste fourre-tout composé de multiples tendances. Ce qui est simple à comprendre lorsque l'on voit que l'UMP râtisse encore plus large, alliant les flirts avec De Villiers aussi bien qu'avec la gauche. C'est devenu une transversale, sans vraiment de case intermédiaire. Un vaste tout qui cherche à rassembler, mais sur quoi, on ne sait pas trop. A part le président de la République, ce qui entre nous, est loin d'être une idéologie. Encore heureux...

Et c'est bien là que Villepin présente un intérêt. L'homme présente une alternative évidente à Nicolas Sarkozy. Mais pas uniquement en vertu d'un clan -comme aimerait le faire croire une certaine presse- mais de par ses idées. Villepin représente la grandeur de la France, Sarkozy verse dans l'atlantisme. Dans ce domaine, Villepin a compris qu'il fallait désormais quitter l'Afghanistan. Tout ce qui pouvait y être fait l'a été, il est désormais urgent de ne pas s'enliser sur place.
 

Voilà une opinion qui mériterait d'être débattue. Comme on fait normalement en politique. Encore faut-il qu'il y ait des politiques qui aillent contre le président de la République ce qui n'est pas si courant... D'autant qu'ils sont immédiatement brocardés comme étant de dangereux opposants politiques animés uniquement par la haine d'un clan. C'est sûr qu'avec un tel tableau, on a moins envie de les écouter... Et pourtant, on devrait se réjouir d'avoir matière à un vrai débat !


Bref, que l'on partage ses idées ou pas, Villepin doit poursuivre sa carrière politique. Ou comment s'attribuer cette maxime de Voltaire : Je ne partage pas vos idées mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez les exprimer. Avouez que c'est tout de même plus profond que "Je pendrai le responsable à des crocs de boucher".

Parce que la diversité des opinions, c'est ce qui laisse le choix aux français. Et non un parti hégémonique dont le candidat est désigné alors qu'il est seul prétendant, et qu'il obtient -de fait- des scores de république bananière. La France, de par son histoire politique agitée, mérite mieux que l'hégémonie. Elle a droit au pluralisme, y compris à droite.

Publié dans Politics

Commenter cet article