Chômeur, ton univers impitoyaaaable...

Publié le par Ze FML

Etre chomiste, c'est du boulot. Rien que la gestion sociale de ta situation, c'est une prise de tête bien pire que les reportings que tu devais faire à ton boss pour avant-hier. Et t'as même plus un rond pour t'acheter une boîte de Migralgine.

Parce qu'avec 6 euros, tu fais 3 repas. Home maid. Par souci d'épargner un max parce que tu gagnes plus que 57,4% de ton ancien salaire et que tu n'as pas à ta disposition 42,6% de ton ancien salaire. Et tu ne sais pas combien ta rétention chez les chomistes va durer. Donc tu fais gaffe au fric, pour tenir la distance...

Chômeur, tu n'as pas bien conscience de ta situation. Hey, mais c'est pire que la grippe A ! Ta maladie ne s'attrape pas par contact physique ou expectorations... elle peut s'attraper par le simple fait de te parler. Même au téléphone. Même par mail. Du moins, c'est ce que semble penser un certain nombre de nos congénères qui EUX, travaillent. Et tout à coup, se met en place dans leur inconscient cette idée qu'en te fréquentant, tu pourrais les entraîner sur une mauvaise pente.

A force de ne rien faire, tu pourrais même parvenir à implanter dans le cerveau de leur Boss l'idée de les licencier. A priori, toi chômeur, tu pourrais réussir cette prouesse par une petite séance de télépathie inconsciente déclenché par les hormones du chômage. Oui, chômeur, tes hormones ont été génétiquement modifiées et grâce à des capteurs très sophistiquées, elles envoient de véritables bombes uniquement destinées à nuire à tes amis. Chômeur, tu es le Ben Laden de l'économie, so... Vade retro satanas !

Tu l'auras compris, Chômeur, pour une partie de ton réseau social, tu dois être enfermé à Guantanamo. Tu noteras que ton réseau ne sait pas que tu es DEJA à Guantanamo, puisque tu dépends du Pôle Emploi. En plus de cette torture, tu dois donc en plus subir une certaine quarantaine sociale. Et prière de revenir lorsque tu seras à nouveau un corps sain, à savoir un TRAVAILLEUR.

Heureusement Chômeur, il reste des gens qui pensent à toi. Et qui te veulent du bien. Si, si, vraiment. Il y a évidemment ceux qui aimeraient bien te contacter, mais qui ne savent pas comment. Ton statut de chômeur est un repoussoir, tu es forcément au fond du trou, il faut te prendre avec des pincettes... Ceux là hésitent longuement avant chaque appel, alors sois gentil, Chômeur, ne les envoie pas se faire biiip. Car pour eux, c'est dur, ils font un effort. Sois cool...

Il y a ceux qui, au contraire, ont décidé de te prendre en main. Comprendre, te bouger le c**. Parce qu'il ne faudrait pas que tu deviennes incollable sur les Feux de l'amour ou que tu finisses par leur raconter la dernière émission des Chiffres et des Lettres. Ceux là t'expliquent que tu dois chercher du travail. Faire des lettres de motivation. Répondre aux annonces. Que parfois, ils t'envoient. Même si tu leur as expliqué que non, tu ne cherches pas un job dans la finance. Chômeur, arrête de les repousser : non, ce ne sont pas des espions du Pôle Emploi, mais TES amis, et ils veulent juste t'aider. Sois cool...

Variante de cette catégorie, ceux qui veulent t'occuper tout en en tirant un bénéfice. Ceux là te disent cash que "tu as du temps de libre", et tente de t'enroler pour refaire le papier peint de la chambre du petit dernier. pour eux, tu glandes toute la journée en pyjama -alors que je le répète, je dors à poil- et penses que tu devrais t'occuper un peu. Les mains, pas le cerveau, ouh là là... Pour eux, tu prétends faire des candidatures, dans le but d'arnaquer le Pôle Emploi, et sérieusement, ils ont besoin de toi... Chômeur, arrête de les repousser, contente toi de décliner poliment lorsqu'ils abusent, mais accepte -voir propose- tout de même de rendre service lorsque la demande est raisonnable. Ne suspecte pas tout le monde, on parle tout de même de tes amis ! Sois cool...

Il y a aussi ceux qui veulent te cajoler. Ils t'expliquent donc que "c'est la faute à la crise" [toi du n'emploies pas cette expression puisque tu parles en bon français, mais passons] mais ont cette propension à se la jouer un peu trop souvent Madame Irma, en ajoutant inmanquablement "et ça n'est pas près de s'arrêter". Attention avec ceux là : tout contact prolongé pourra t'amener à accroître considérablement ta consommation d'anxiolytiques. Non, ce ne sont pas des VRP de l'industrie pharmaceutique. Ce sont juste TES amis. Et ils veulent juste que tu ne culpabilises pas. Sois cool...

Il y a aussi -et c'est la bonne nouvelle- ceux qui sont naturels. Qui se comportent exactement comme avant. Ils n'appellent pas tous les jours pour s'assurer que tu n'as pas oublié de fermer le gaz, et ne te fuient pas comme la peste. Lorsqu'ils appellent, ils te donnent de leurs nouvelles -ce que tu aimes- et te demande des tiennes en posant des questions non orientées. Donc avec eux, tu parles de ce que tu veux. Comme avant. Pour eux, tu traverses une passe difficile mais qui ne s'inscrira pas dans la durée, ce qui de toutes façons ne change rien à l'amitié qu'ils te portent. Ceux là, quand tu leur parles, ça te fait des vacances.

Parfois, si tu as de la chance, tu as aussi parmi cette dernière catégorie des soutiens plus concrets qui se trouvent dans ton secteur d'activité. Ceux qui t'appellent un peu plus souvent pour se tenir informé de tes recherches, mais sans pression. Qui t'envoient des annonces qui te correspondent ou des infos sur ton secteur. Avec qui tu fais des déjeuners "de travail". Et pour qui tu n'es qu'entre deux missions, tu n'es pas au fond du trou, tu cherches activement, et tu n'as pas besoin d'une nounou. Bref : ils savent qui tu es, et font ce qu'ils peuvent dans la mesure de leurs possibilités. C'est à dire sans obligation, sans fausses promesses, et juste parce qu'ils t'apprécient.

Car oui, Chômeur, tu es quelqu'un d'appréciable, seuls ceux qui ne le savent pas t'ont déjà zappé. Ceux qui gardent le contact sont en général tes amis. Avec leurs qualités et leurs défauts. Si certains sont parfois maladroits, ils ne le font pas exprès. A toi de savoir au mieux les gérer... Oui, Chômeur, c'est vraiment des soucis :-)

Commenter cet article