Premier édile en mode autopromo... Gloups !

Publié le par Ze FML

nullCe matin, j'ai reçu dans ma boîte aux lettres Ma Ville magazine. Bon, jusqu'à il y a quelques semaines, je collaborai au-dit magazine. Mais peu. Puisque c'était la chasse gardée de Journaliste, qui comme chacun sait fait tout toute seule... sauf évidemment ce qu'elle ne fait pas et qui échoue généralement sur le bureau de Coloc, pression incluse.

Il faut bien comprendre qu'un des motifs du divorce avec Ma Ville réside dans le fait que les élus, inexpérimentés, n'avait - et n'ont toujours pas - de projet politique, mais se prenaient - et se prennent toujours - pour les rois du monde. Encore eux.

Donc, en ouvrant la feuille de chou locale, j'ai découvert l'interview du premier édile. Sur 3 pages. Diantre, un roi de Ma trombine dans le canard ! Dès le début de ma lecture, les poils de ma tête ont commencé à se dresser. Car même en mode autopromo, on ne peut pas dire que ce soit... malin malin.

Premier sujet, la ZAC de Centre Ville. Je cite : "Il fallait tout d'abord stopper le projet de l'ancienne municipalité, qui ne rencontrait pas l'aval de la population." Rigoureusement vrai, ça a coûté la mairie à l'opposition. Mais alors question que je me pose... Pourquoi ne pas avoir demandé l'avis de la population sur le nouveau projet ? Parce qu'à moi, citoyenne qui paie mes impôts ici, il ne me convient pas, mais alors pas du tout. Et comme en ce moment il y a des Etats Généraux, il aurait été judicieux d'inclure ce projet dans le travail des commissions. Et sans prise de retard, puisque le processus s'achève fin novembre. Bref, ça pouvait tout à fait attendre cette concertation... Leçon n°1 : quand on veut faire de la démocratie locale, on ne fait pas ce genre de plan...

Ensuite, le premier édile nous explique qu'un mois de retard dans la procédure peut produire un ou deux ans de retard dans la réalisation, et enchaîne sur l'accord obtenu de la communauté d'agglomération. Déjà, ces prévisions de retard sont du pipeau. Et ensuite, ladite communauté d'agglomération a déjà donné son accord, donc c'est fait, même si elle est en train de fusionner avec sa voisine et qu'effectivement au 1er janvier il sera trop tard, le processus des Etats Généraux sera terminé depuis belle lurette : les commissions rendront leurs conclusions en octobre, ce qui laissait largement le temps. Enfin pour terminer, depuis quand la course contre la montre est-elle un gage d'efficacité ? Ah oui, depuis qu'il n'y a pas d'échéance électorale !

Je passe sur le mépris que m'inspire l'habilité de Premier édile pour changer de sujet et dire, je cite, "remarquons que si l'ancienne municipalité était toujours aux commandes, il n'y aurait pas de concertation du tout puisque son projet aurait déjà été engagé". En effet, ce n'est pas parce que le voisin ne fait pas de concertation qu'il ne faut pas en faire... Cessons de prendre les citoyens pour des crétins.

On poursuit par une explication du projet : "favoriser le logement en écartant l'installation stérilisante d'une superficie de bureaux trop importantes". Si c'est ce qu'on appris les études, il était inutile de dépenser de l'argent. Il y a 30 ans, des barres ont été construites à l'exception des deux dernières prévues, faute d'avoir trouvé les entreprises désireuses de s'installer à cet emplacement pour des bureaux, ce qui a laissé un terrain vague béant pendant plusieurs années, sur lequel a depuis été construit le centre culturel. Mais peut être que cela a échappé à Premier édile, il est vrai qu'il n'a jamais habité la ville, et ne connaît que peu son histoire.

Je passe sur les éléments vagues, qui consisteraient à renforcer le commerce et l'animation de la ville, mais sans nous dire comment. Ou comment parler pour ne rien dire... ce qui a le don de m'énerver. N'avoir aucun projet construit pour sa ville, je trouve cela pathétique.

Vient ensuite la question des finances autour de ce projet de Zac... et là, au secours ! J'en retiens qu'au final l'opération présentera un solde positif pour la ville, mais sans la moindre indication d'une échéance. A l'horizon 2010 ? 2014 ? 2020 ? Sachant que Premier édile s'était engagé lors de sa campagne à ne pas augmenter les impôts et qu'il les a augmenté de 15%, ce type de discours ne me rassure absolument pas. J'ai plutôt envie de fuir la ville, qui était déjà chère, et qui devient franchement inabordable sur le plan de la fiscalité locale !

Voilà pour ce programme qui sera voté au conseil municipal du 15 septembre, et qui sera donc imposé aux habitants, puisque l'unique réunion publique aura lieu tout juste une semaine avant le vote, soit après l'envoi de l'ordre du jour aux élus. Voilà comment agit Premier édile, qui se vante de concerter la population lors des Etats Généraux. Mon c** !

Allez, une dernière pour la route. Il paraît que l'animation de la ville ne doit pas se limiter au centre ville. Alors pour info, deux choses. D'une part, à ce jour, il n'existe pas de centre ville dans Ma Ville. Et deuxièmement, il serait bon que Premier édile sache de quoi il parle, car jusqu'à présent, je ne l'ai jamais vu dans mon quartier. Et pourtant je le fréquente ! Et effectivement il ne doit pas bien le connaître, car ce quartier n'a jamais été cité pour le moindre projet. On pue ?

Quant aux projets cités -travaux au centre culturel, réduction de la voracité des promoteurs dans le quartier des riches, création d'un hôtel des métiers d'art, travaux pour créer une nouvelle maison des associations- ils sont l'expression des non-dits de Premier édile. Pas un mot sur la vente prévu d'une jolie bâtisse qui abritait jusque là un centre de loisirs, qui, en déplaçant ledit centre, va nécessiter une importante réorganisation pour la dépose des enfants par les parents et autres baby-sitters. Pas un mot non plus sur le déplacement des activités qui se déroulait dans la salle de danse dudit centre, et qui ont du être déménagées : faute e créneaux suffisants dans les autres structures, certaines associations perdent des cours, donc des adhérents, ce qui comporte pour elles un risque financier. Et enfin le choix de Premier édile de catégoriser ses administrés, par la mise en valeur manifeste du quartier des riches, électoralement porteur, au détriment des autres.

Vous l'aurez compris, bien que partageant l'étiquette de Premier édile, je suis en opposition avec sa politique mal construite, sa gestion par à-coups et dans l'opacité, et surtout, son absence de vision d'avenir sur le territoire de Ma Ville. Je mets un 2/20 et encore...

Publié dans Politics

Commenter cet article