11 septembre, 6 ans après

Publié le par Ze FML

Chacun se souvient où il était, et ce qu’il faisait, le 11 septembre 2001, lorsque deux avions ont volontairement percutés les tours jumelles du World Trade Center, qu’un autre s’est écrasé sur le Pentagone, alors qu’un quatrième échouait dans sa tentative grâce aux passagers du Vol UA 93.


Ce 11 septembre, j’étais encore journaliste chez AlloCiné, chef de la rubrique Business et Economie du Cinéma. Je discutais au téléphone avec MCB, ancienne stagiaire, lorsqu’elle me dit : « un avion vient de percuter le World Trade Center ». Oui, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu…


Je ricane, tout en surfant sur le web. Merde, c’est vrai. Je fonce chez le directeur de la rédaction, on branche LCI… et on assiste en direct au crash du second avion. A peine croyable. Et pourtant, c’est arrivé. L’hypothèse des attentats ne fait plus aucun doute.


AlloCiné est un site de cinéma. Le pôle Hollywood veut faire un article. Non. C’est dans mon secteur. Tout ce qui est politique est intégré au pôle Business. De plus, c’est un sujet sensible. N’est-ce pas de la récupération ? Je suis pour un article : en voyant la scène, tout le monde s’est cru dans un film. Rien que pour ça, il faut en parler. Et aussi parce que sans nul doute, ces événements seront relatés sur grand écran, un jour.


Tout le monde est d’accord : je ferai l’article. S’ensuit une heure incroyable de pressions de toutes parts. Le directeur de la rédaction est une carpette, et fait dans son pantalon à l’idée que l’article déplaise à la direction. Il me saoûle sur le contenu sans avoir lu une ligne. En même temps, il me presse : on doit faire la Une... d'urgence !


Je rassemble mes idées, et mes souvenirs ciné des attentats à l’écran : à quels films me fait penser cette scène ? Couvre feu, Independance Day, Collateral Damage (pas encore sorti mais si proche…).


Il faut écrire, raconter, mais ne pas choquer. Il faut se recueillir, alerter, mais ne pas « faire de business » sur les attentats : l'heure n'est pas au divertissement. Mission difficile. Mission réussie : le directeur me félicitera pour mes articles (celui du 11 septembre, et celui du 14 septembre), le pantalon du petit chef restera propre.


Ce 11 septembre 2001, l'horreur est sortie du grand écran pour envahir la réalité. Ce fut un moment particulièrement riche en émotion que de le relater.

Publié dans Me & my life

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article